Les Psychothérapies

La thérapie cognitive et comportementale (TCC)

L’efficacité de la TCC a été démontrée scientifiquement dans le traitement de nombreuses difficultés psychopathologiques. Le patient et le thérapeute travaillent en collaboration et de manière active sur des objectifs fixés ensemble et qu’ils évaluent régulièrement. Ils travaillent donc en partenariat. La TCC s’intéresse aux liens entre pensées, émotions et comportements. On distingue aujourd’hui trois « vagues » et ce courant dispose de plusieurs techniques thérapeutiques. La première vague s’attèle au changement de certains comportements dysfonctionnels en vue d’une modification des pensées et d’un apaisement des émotions face aux situations à l’origine des souffrances. La seconde est axée sur la mise en exergue et la flexibilisation des pensées automatiques, croyances erronées et schémas cognitifs irrationnels voire l’acquisition de nouveaux systèmes de croyances afin de vivre plus sereinement. Quant à la troisième vague, elle porte davantage sur la prise de conscience et l’acceptation des cognitions et des émotions à l’aide de techniques telles que la pleine conscience (mindfullness), etc.

 

EMDR (eye movement desensitization and reprocessing)

L’EMDR ou « la désensibilisation et retraitement des information avec l’aide des mouvements oculaires » a pour objectif de désensibiliser les souvenirs à forte charge émotionnelle par le biais de stimulations bilatérales alternées. Ces dernières accélèrent le traitement des informations dans le cerveau qui n’avaient pas encore été assimilées suite à l’événement traumatique et, de fait, permettent une diminution de la souffrance de l’individu de manière durable. Cette méthode a prouvé son efficacité dans diverses études scientifiques, raison pour laquelle l’OMS la recommande pour le traitement des traumatismes. En sus des troubles post-traumatiques, elle peut également être utilisées pour les difficultés du registre anxieux (Attaques de panique, phobies etc), les dépressions, les douleurs chroniques etc.

https://www.rts.ch/play/tv/emission/369?id=49893

ICV

Thérapie créée par Peggy Pace, psychothérapeute américaine au début des années 2000, qui est basée sur des recherches en neurosciences portant sur l’anxiété, le trauma et l’attachement.
Lorsqu’un événement trop difficile ne peut être « digéré », il est déconnecté des autres réseaux neuronaux et n’est pas vécu comme passé lorsque l’on se le remémore.
L’ICV est une approche qui facilite un soulagement souvent rapide tant sur le plan psychologique que physiologique.
Elle repose sur le fait de relancer l’intégration neuronale et la capacité innée du corps et du psychisme à se guérir. Elle est efficace pour tout type de problème psychologique.

Les émotions négatives (stress, anxiété, tristesse, peur, colère) peuvent parfois perturber notre quotidien, surtout lorsqu’elles impactent nos comportements.
Lorsque des événements du passé continuent d’influencer notre comportement, consciemment ou non, nous réagissons dans le présent de façon inadaptée aux enjeux actuels, comme si nous cherchions à résoudre la ou les situations du passé non résolues.
L’ ICV va permettre une modification en profondeur.
En thérapie centrée sur la parole, beaucoup de patients sont en capacité de comprendre pourquoi leur comportement est inadapté (cerveau gauche), pour autant ils diront :
« mais je ne peux pas faire autrement, c’est plus fort que moi ! » (cerveau droit).

L’ICV permet la « digestion » des émotions du passé en connectant les réseaux de neurones les uns aux autres afin de dater les événements passés et faire en sorte que le corps n’y réagisse plus malgré nous ; sentir dans son corps que le passé est terminé est ce qui assure le changement.
L’outil principal du psychothérapeute est une liste de souvenirs succincte (ligne du temps).
Elle va permettre au patient de comprendre que les souvenirs du passé sont réellement passés et que les stratégies développées dans le passé pour y faire face n’ont plus de raison d’être. Le cerveau comprend que l’événement est bien terminé. Nous sommes constitués de la somme de nos expériences, lorsque les émotions liées aux souvenirs s’estompent, le comportement change.
La répétition de la ligne de temps, permet la connexion entre les différents neurones sollicités grâce à l’imagerie mentale, et démontre au cerveau que les événements douloureux sont terminés. Grace à la plasticité du cerveau, cette thérapie permet d’obtenir des fondations, un soi central solide en permettant la connexion entre le corps et l’esprit.

https://integrationcyclevie.com/quest-ce-que- licv/une-therapie-icv/

https://youtu.be/WpOcs2xz9QI

https://youtu.be/HVVpa_-pLkE

 

TIFT (Trauma integration flow therapy)

Développée par le Dr Anandi Janner Steffan au cours des années 2017-2022 pour traiter les traumatismes complexes, Tift propose une approche globale qui se concentre sur le traitement de la « structure » traumatique actuelle du client, notamment en cas de traumatisme complexe.

Cette nouvelle thérapie part de l’hypothèse que cette « structure » actuelle s’est développée en raison d’un attachement dysfonctionnel et d’un contexte compliqué pendant l’enfance et l’adolescence. Cette structure de survie représente « la moins mauvaise solution » que l’organisme ait pu développer pour survivre. La composition de cette structure varie d’une personne à l’autre : on pourrait dire que chacun a un “code QR” spécifique.
Le processus de Tift induit la transformation de la structure traumatique en une structure saine. La thérapie suit les modalités caractéristiques de l’attachement sécurisant.

Au cœur de Tift se trouve un lien intersubjectif et dynamique entre le thérapeute et le client, dont le continuum contribue à la guérison de l’attachement primaire insécure.

Le processus d’intégration utilise des cycles variables de “fils du temps”, adaptés au client. Ce fil du temps se caractérise par une certaine transcendance et légèreté, et est utilisée comme “musique de fond”. Comme dans le mythe grec d’Ariane, ce fil du temps permet de trouver le chemin vers le cœur du labyrinthe, vers la blessure d’attachement originelle, et d’en sortir, tenu par le lien au thérapeute.

Cette définition a été largement inspirée du site : www.complextrauma.solutions/fr/tift-trauma-integrating-flow-therapy.

THÉRAPIE DES SCHÉMAS

La  thérapie des schémas  est une méthode psychothérapeutique développée par le psychologue américain Jeffrey Young. Elle est utilisée dans le cadre du traitement des troubles de la personnalité, des troubles anxieux, des troubles dépressifs, des difficultés relationnelles,… Elle est également particulièrement indiquée aux personnes qui observent que des événements désagréables ou des relations toxiques se répètent dans leur vie.

Cette méthode psychothérapeutique intègre les apports des neurosciences et regroupe théories et pratiques de diverses thérapies comme la thérapie cognitive et comportementale (TCC), la théorie de l’attachement, la théorie de la dissociation, la gestalt-thérapie et quelque apports de la psychanalyse. La thérapie des schémas est donc une psychothérapie intégrative au sens où elle intègre les apports de différentes écoles. Approche innovante, la thérapie des schémas permet de travailler et débloquer des problématiques qui résistent à d’autres traitements ou approches thérapeutiques.

Le principe veut que l’on développe depuis notre petite enfance des mécanismes de protection face aux événements de vie difficiles que l’on peut rencontrer. Si ces mécanismes nous sont utiles, ils peuvent aussi devenir dysfonctionnels au fil du temps ou dans des circonstances particulières. La thérapie consiste ainsi à identifier ces mécanismes et les modifier afin qu’ils retrouvent leur caractère fonctionnel et adaptatif.

MINDFULNESS ou PLEINE CONSCIENCE

L’appellation « pleine conscience » est la traduction française de mindfulness, désignation de Jon Kabat-Zinn pour distinguer l’état recherché dans une pratique thérapeutique d’une forme de méditation ayant pour but la réduction du stress (MBSR) ou la prévention de rechutes dépressives (MBCT).

La méditation pleine conscience consiste à réorienter son attention vers un ou plusieurs éléments du présent (ses sensations, sa respiration ou tout autre phénomène psychologique tel que la douleur, ou le bien-être), ou encore à ouvrir sa vigilance et ses sens à tous les éléments de l’instant présent qui nous entourent et nous impactent (bruits, pensées, souvenirs, température ambiante, projets, sentiments, position du corps…).

En se mettant à l’écoute du présent et de ses propres sensations, le méditant entre en contact avec la structure de ses pensées et de ses habitudes. Les pensées ayant un impact majeur sur notre sensation de bien-être et sur nos décisions quotidiennes, la prise de conscience de ces dernières par la méditation de pleine conscience, permet alors la modification progressive de nos schémas de pensée et par conséquent d’agir sur notre bien-être.

 

  • MBCT

La thérapie cognitive basée sur la pleine conscience (MBCT) est une thérapie psychologique conçue pour aider à prévenir la rechute de la dépression. Elle utilise des méthodes traditionnelles de thérapie cognitivo-comportementale (TCC) et ajoute de nouvelles stratégies psychologiques telles que la pleine conscience et la méditation de pleine conscience. Les méthodes cognitives peuvent inclure l’éducation du participant sur la dépression. La pleine conscience et la méditation de pleine conscience se concentrent sur la prise de conscience de toutes les pensées et tous les sentiments entrants et sur leur acceptation, mais sans s’y attacher ou y réagir.

 

  • MBSR

La « réduction du stress à partir de la pleine conscience » (en anglais, Mindfulness-Based Stress Reduction ou MBSR) est une adaptation de la méditation bouddhiste pleine conscience et vise à combattre l’angoisse, le stress, la maladie et la douleur. La thérapie cognitive MBSR est un programme d’exercices de méditations qui vise la réduction du stress et la disparition des états d’angoisse.

Elle peut de ce fait également être utilisée comme une technique de bien-être, voire de développement personnel, permettant de vivre plus intensément le moment présent.